top of page

Addict'âme

Bousculé par ce monde de grosses gueules.

Qui a besoin de lumière pour vivre ou survivre.

Je me retrouve à crédit en suivant le troupeau.

Que je défends, à défaut d'entreprendre.

C'est blasé et cassé que je finis par apprendre.

Il n'y a pas de Happy End dans les buildings, des grands gris.

À peine une souffrance enveloppée de nose candy

Je m'attache, je cravache, la peur aux tripes.

Où le snow, ​petite mort, fait son simulacre de vie.

Molière en satire en aurait ri.

Tu as traversé terres et mers pour ce paradis.

Loin de penser que la misère, ce serait la couronne de Paris

Perso pas besoin d'aller si loin

Il y avait de tout, en bas de tour

Petit frère chouffait, grand frère vendait.

Ça aurait pu finir comme ça​,​

Si le manque s'était asséché.

Ce ne fut pas le cas...

Mon corps dénudé entrecoupé

Coupable de vendre ma trace pour une passe addicte

Je n’ai pas mesuré la portée, j'ai juste avalé.

Dans ce mode d'emploi, pas de justice.

Ni humaine, ni légale.

Seulement des vagues d'armes où un vague à l’âme !

Aurore Laplume

À toi Molière au paradis artificiel…



Comments


120759084_4116208498407303_3243527043792

Bonjour Aurore Laplume

Merci d'être là.

Ecrivaine en herbe je sors ma plus belle plume pour vous parler d'un silence, d'une page blanche ou d'un dimanche.

Bonne lecture. 

  • Facebook
  • Instagram
bottom of page